Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, Nature, Mer et Littoral

Accompagnement des « JEVI » Jardins, Espaces Végétalisés et Infrastructures vers le « Zéro phyto »

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 8 février 2019

Pour les collectivités territoriales et établissements publics

Dans le contexte de l’application de la loi du 6 février 2014, dite "Loi Labbé", complétée par la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, et du développement des initiatives de réduction d’usage des produits phytopharmaceutiques d’ores et déjà initiées par de nombreux acteurs, le plan ECOPHYTO II s’attache à accompagner les gestionnaires d’espaces en ville et les jardiniers à se passer des produits phytopharmaceutiques chaque fois que cela est possible.

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités et les établissements publics ne peuvent plus employer de pesticides pour l’entretien des espaces verts. Un document du ministère « Guide des solutions » proposent des solutions alternatives à l’usage de produits phytosanitaires à destination des collectivités territoriales.

D’autres documents accompagnent cette campagne au niveau régional  :

Logo : Charte d'entretien des espaces publics

Au niveau régional, plus de 400 communes sont déjà engagées dans des chartes locales d’entretien des espaces publics. Une cinquantaine sont labellisées niveau 3 « Zéro phyto » sur la totalité de la commune.



Pour plus d’informations sur le contexte réglementaire d’utilisation des produits phytopharmaceutiques dans vos communes : Réglementation phyto (format pdf - 38.7 ko - 25/10/2017)




Pour les particuliers : « Votre jardin sans pesticides »

Pour protéger votre santé et l’environnement, la réglementation concernant l’utilisation des pesticides chimiques* évolue.

Depuis le 1er janvier 2019, les particuliers (jardiniers amateurs) ne peuvent plus acheter, utiliser et stocker des pesticides chimiques [1] pour jardiner ou désherber.

Illustration : Mon potager sans pesticides
Des solutions alternatives existent !

  • Planter des plantes locales, au bon endroit selon l’exposition et la nature du sol ;
  • cultiver à proximité les unes des autres des plantes qui s’apportent des bénéfices mutuels ;
  • utiliser les plantes et les animaux auxiliaires pour lutter contre les maladies et les ravageurs ;
  • favoriser la biodiversité, alterner les cultures, adopter le paillage pour protéger vos végétaux des bioagresseurs

Un jardin naturel et équilibré est un jardin plus résistant !

Les alternatives non-chimiques et les produits de biocontrôle sont des solutions efficaces pour prévenir et si besoin traiter. Vous pouvez utiliser des produits de biocontrôle adaptés, au bon moment selon le stade de développement du bioagresseur et les conditions climatiques.

L’ensemble des conseils et solutions pour jardiner sans pesticides sont disponibles sur le site www.jardiner-autrement.fr

Rapportez vos pesticides !
Bidons, bouteilles, flacons, sprays, et autres contenants, qu’ils soient vides, souillés ou avec un reste de pesticides, ils doivent être rapportés en déchetterie ou en un point de collecte temporaire, si possible dans leur emballage d’origine. Il ne faut en aucun cas les jeter à la poubelle, ni les déverser dans les canalisations. Renseignez-vous auprès de votre commune pour trouver la déchetterie la plus proche ou un point de collecte temporaire.

Trouvez la déchetterie la plus proche ou un point de collecte temporaire sur le site  : www.ecodds.com

Le kit communication :




Liens utiles :

Télécharger :

[1Les pesticides chimiques, aussi appelés produits phytopharmaceutiques, servent à protéger les plantes. Il s’agit des herbicides, fongicides, insecticides, acaricides, anti-limaces…
Les pesticides de biocontrôle, à faible risque ou utilisables en agriculture biologique restent autorisés.