Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, Nature, Mer et Littoral

L’hydrologie du Calvados, de la Manche et de l’Orne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er février 2016 (modifié le 2 mars 2016)

Les départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne, qui formaient la région Basse-Normandie, constituent du point de vue hydrologique un territoire contrasté. La pluviométrie varie du simple au double entre les régions les plus arrosées (1300 mm par an entre Vire et Avranches) et les moins arrosées (650 mm par an dans la partie orientale de la plaine de Caen). La géologie contribue également à cette diversité : l’ancienne région est une zone de contact entre le massif armoricain, à l’ouest, où le ruissellement est plus fort et les réserves souterraines en eau du sol faibles et le bassin parisien, à l’est, moins ruisselant mais caractérisé par des aquifères puissants. La fragmentation du réseau hydrographique en de multiples petits bassins versants côtiers se jetant dans la Manche ajoute enfin à ce riche tableau (le plus grand étant le bassin de l’Orne d’environ 3000 km2).

Couverture de l'ouvrage "l'Hydrologie de la Basse-Normandie, 2014 en grand format (nouvelle fenêtre)
Les connaissances actuelles sur le fonctionnement hydrologique contrasté de ce territoire ont fait l’objet d’un travail de valorisation et de synthèse à travers l’ouvrage
"L’hydrologie de Basse-Normandie" publié en 2014 et réalisé par la DREAL de Basse-Normandie et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie. Cet ouvrage offre aux acteurs du territoire des données et connaissances indispensables pour le dimensionnement pertinent de leurs programmes, études, projets et travaux.

Il constitue à la fois une description qualitative et illustrée des principales entités hydrologiques de l’ancienne région bas-normande (voir chapitres dédiés à chaque grand bassin versant) et également un référentiel quantitatif homogène structuré des débits caractéristiques des principales rivières (voir les plus de 400 fiches de synthèses).

La partie qualitative est compréhensible par un large public et permet au particulier comme aux acteurs de la gestion de l’eau d’appréhender les grandes caractéristiques de l’hydrologie de chaque entité. Prise dans son ensemble, elle met en évidence la très grande diversité de l’hydrologie de la région, marquée par le contraste entre la partie ouest (massif armoricain) et la partie est (bassin parisien), mais aussi par des disparités moins connues au sein même du massif armoricain.

La partie quantitative est fractionnée en fiches de synthèse détaillées. Elle est davantage destinée aux professionnels, et en particulier aux administrations, collectivités, syndicats de bassins versants, bureaux d’études en charge d’études hydrologiques. Elle permet rapidement d’accéder aux débits de références du point considéré : débit moyen sur l’année, débits de crues, d’étiages, moyennes mensuelles, …

La réalisation de cet ouvrage copieux (plus de 400 fiches) a été rendu possible grâce à une accumulation longue et structurée de données hydrométriques :
- d’une part, depuis les années 60, des chroniques d’enregistrements en continu au droit des stations hydrométriques situées sur les principaux cours d’eau ;
- d’autre part, depuis les années 90, de campagnes de jaugeages spécifiques, généralement annuelles et menées essentiellement en moyennes et basses eaux, pour mailler plus finement la connaissance sur les petits bassins versants.