Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Habitat, Aménagement, Construction, Paysages

Le devenir des zones pavillonnaires périurbaines

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 décembre 2019
Illustration du site

La DREAL Normandie a lancé une étude sur le devenir des zones pavillonnaires en ayant pour objectif d’une part d’identifier les facteurs de fragilité existants ou à venir qui concernent ces quartiers et d’autre part de proposer des pistes d’actions pour prévenir leur décrochage et les revitaliser.

Les zones pavillonnaires postérieures aux années 1950 ont été ciblées.

Leur potentielle fragilité a été testée à partir de quatre critères socio-territoriaux  : bas revenus, vieillissement de la population, éloignement des services de base (supermarché, lycée, hôpital), faible valeur immobilière révélatrice d’une difficulté à la revente. Ces critères ont permis d’identifier les secteurs a priori les plus fragiles.
Ils ont ensuite été croisés avec cinq autres critères, révélateurs potentiels d’une déqualification latente  : mono-fonctionnalité de la zone (plus de 40 hectares) et absence de services, présence de risques ou de nuisances, contrainte énergétique, absence de transports en commun, absence de connectivité.

Pour proposer des pistes d’actions, des cahiers de références ont été réalisés autour de six thèmes : les mobilités et les déplacements, la rénovation et le renouvellement de l’habitat, la convivialité, la solidarité et les rapports au voisinage, les modes de consommation et la proximité, les lieux de travail et les modes de production, la protection et la valorisation des paysages. Des fiches illustrent ces thèmes à partir d’exemples d’initiatives déjà mises en œuvre sur divers territoires.

Pour illustrer de façon concrète les pistes d’actions, cinq territoires tests normands ont été sélectionnés (un par département), représentant des contextes territoriaux variés et appelant à ce titre des réponses différentes. Cette expérimentation a mis en évidence le panel des interventions possibles pour revitaliser des zones pavillonnaires en perte de vitesse, en fonction de leurs enjeux spécifiques.

L’objectif final de cette étude est d’inciter l’ensemble des acteurs de l’aménagement et de l’urbanisme à envisager ces zones pavillonnaires comme des espaces de projets. Un site internet a été réalisé pour assurer une sensibilisation tous publics sur ce sujet.

► Ce site est consultable au moyen du lien suivant : www.devenir-pavillonnaire.fr