Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, Nature, Mer et Littoral

Connaissance de l’état des eaux, réseaux et stations de mesure

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 janvier 2016 (modifié le 17 octobre 2016)

Qu’ils concernent les cours d’eau, les plans d’eau ou les nappes, les réseaux de surveillance répondent tous à des objectifs de connaissance, de bilan et d’information  :

  • connaître la qualité de l’eau et suivre son évolution ;
  • détecter d’éventuels nouveaux types de dégradation des milieux ;
  • contribuer à la connaissance nécessaire à la mise en œuvre des réglementations européennes et nationales, et au suivi des points nodaux du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) sur les cours d’eau ;
  • évaluer globalement l’impact sur le milieu naturel des rejets urbains et industriels, des ouvrages, et des pollutions diffuses ;
  • évaluer à long terme l’impact des actions de protection et de restauration de la qualité ;
  • informer sur la qualité de l’eau et son évolution.

à l’échelle de chaque bassin Loire-Bretagne ou Seine-Normandie, cette connaissance est possible grâce  :

  • au réseau de contrôle de surveillance (RCS) : à vocation pérenne, il reflète l’état général, qualitatif et quantitatif, des masses d’eau de l’ensemble du bassin et les évolutions à long terme ou tendances dues aux activités humaines ;
  • au réseau de contrôle opérationnel (RCO) : à vocation ponctuelle, il vise spécifiquement les masses d’eau à risque de non atteinte du bon état. Complémentaire au réseau de contrôle de surveillance, il permet de suivre l’évolution de l’état de ces masses d’eau jusqu’à leur retour au bon état.
  • au réseau de Référence Pérenne (RRP), mis en œuvre pour conforter la connaissance des conditions de référence qui servent à définir le bon état écologique de la DCE par type de masse d’eau. Le réseau de référence pérenne a été mis en place en 2011 à partir de sites pré-sélectionnés dans le réseau de référence historique (2005-2007) complétés par des nouveaux sites dans les types de masses d’eau déficitaires. Les suivis ont débuté en 2012 ;

La nature et la fréquence des paramètres mesurés est variable en fonction de la finalité du réseau.