Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Risques industriels et naturels

L’enquête publique du PPRT de la zone industrielle et portuaire au sud de Rouen s’ouvre

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 octobre 2017
Cliquez sur l'image : Usine BOREALIS en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image : Usine BOREALIS

Engagé le 12 mars 2010, le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) de la zone industrielle et portuaire de Petit-Quevilly et Grand-Quevilly, communes situées au sud de Rouen, est soumis à enquête publique du mardi 10 octobre 2017 au jeudi 9 novembre 2017.



Institués par la loi du 30 juillet 2003, les PPRT ont pour objectif de réduire la vulnérabilité des populations vis-à-vis des risques générés par les installations industrielles présentant les risques les plus importants en définissant, en concertation avec les parties concernées, des règles d’urbanisme et de construction adaptées.

Le PPRT de la zone industrielle et portuaire de Petit-Quevilly et Grand-Quevilly est ainsi justifié par la présence de 5 établissements classés SEVESO Seuil Haut parmi lesquels l’usine BOREALIS qui fabrique notamment des anno-nitrates, rachetée en 2013 par BOREALIS au groupe TOTAL, et le stockage d’hydrocarbures RUBIS TERMINAL.

Le PPRT a permis de mettre au point des mesures de réduction des risques à la source, par des investissements consentis par les industriels, avec l’appui de l’État, pour limiter les contraintes sur les maisons du bourg de Grand-Quevilly, ainsi que sur tous les bâtiments d’activité riverains des établissements SEVESO de la zone industrielle.

L’enquête publique est conduite sous l’égide d’une commission d’enquête nommée par le tribunal administratif. Le PPRT de Petit Quevilly et de Grand Quevilly est le 20ème PPRT de Normandie et devrait être approuvé fin 2017 / début 2018. Le 21ème et dernier PPRT de Normandie à approuver sera ensuite le PPRT de Petit Couronne, autour des installations de BOLLORE ENERGIE et de BUTAGAZ, correspondant au site de l’ancienne raffinerie PETROPLUS (ex-TOTAL) fermée en 2012.

Pour en savoir plus : Le Communiqué de presse (format pdf - 105.3 ko - 27/09/2017)