Les inondations par ruissellement

L’inondation par ruissellement se produit lorsque les eaux de pluie ne peuvent pas ou plus s’infiltrer dans le sol et y ruissellent. À l’origine du phénomène d’inondation par ruissellement se trouve un évènement climatique important, par exemple une pluie de très forte intensité ou un cumul important de pluie sur plusieurs jours.

L’inondation par ruissellement se traduit par un écoulement d’eau important en dehors du réseau hydrographique, c’est-à-dire dans des zones habituellement sèches ou des cours d’eau intermittents.


Le ruissellement peut être la cause d’inondation sur des territoires éloignés de tout cours d’eau, en milieu urbain comme en milieu rural :

  • en milieu urbain : lors de pluies intenses, les débits d’eau de ruissellement peuvent être très importants et saturer les réseaux d’évacuation des eaux pluviales et les ouvrages hydrauliques. Les débordements occasionnés s’effectuent alors en empruntant généralement les rues avec des vitesses importantes combinées à des hauteurs d’eau variables. Ils peuvent ainsi occasionner des dégâts humains et matériels conséquents ;
  • en milieu rural : l’érosion des sols entraîne des dépôts de boues dans les ouvrages de transport et de stockage des eaux pluviales et dans les espaces inondés. Dans certains cas, le ruissellement en milieu rural peut ainsi se transformer en coulée de boue et provoquer des dégâts plus importants.


Les inondations par ruissellement peuvent aussi entraîner une pollution des eaux de surface et souterraine et des sols  : les eaux de ruissellement lessivent les sols et charrient avec elles des additifs agricoles (pesticides, engrais) en sortie des zones agricoles et des hydrocarbures et métaux lourds en sortie des zones urbaines.


L’occurrence et l’importance d’une inondation par ruissellement dépendent :

  • de l’urbanisation, source d’imperméabilisation des sols : avec l’essor de l’urbanisation, des secteurs urbanisés se sont développés dans les trajectoires naturelles d’écoulement des eaux, ils sont donc plus soumis au risque d’inondation par ruissellement. D’une façon générale, le développement des surfaces imperméabilisées est une cause et un facteur aggravant du ruissellement ;
  • des pratiques agricoles et forestières : la suppression d’espaces naturels de rétention et de ralentissement des eaux de ruissellement comme les forêts, les haies ou les bandes enherbées contribue à l’apparition et/ou à l’aggravation du phénomène ;
  • de la topographie : lorsqu’il pleut sur un relief accidenté, des « poches » d’eau peuvent se former jusqu’à déborder des obstacles. Lorsque le débordement survient, le volume d’eau libéré peut provoquer d’importants dégâts. A contrario, l’absence de relief conduit à une évacuation des eaux de pluie plus difficile. Les sols sont plus vite saturés en eau ce qui favorise le ruissellement ;
  • des caractéristiques du sous-sol et de l’état du sol : le ruissellement en surface peut être favorisé selon la nature géologique du sous-sol (par exemple l’existence d’une couche argileuse imperméable à proximité de la surface) et la saturation des sols en eau.

Pour prévenir les risques d’inondation, plusieurs démarches peuvent être adoptées :

Partager la page

S'abonner