Les bulletins de situation hydrologique de 2024

L’Epte (ici à Fourges) prend source dans le pays de Bray et s’enfonce ensuite dans les masses d’eau de la craie du Vexin. La station de Fourges est une station historique de la DREAL (depuis 1954 !), la plus à l’aval du cours d’eau avant la confluence avec la Seine. (Crédit : DREAL Normandie)

Le bilan pluviométrique du mois de février est largement excédentaire, et est bien réparti sur la région. Ce mois reste dans la tendance générale observée cette année hydrologique (à l’exception du mois de janvier), plutôt excédentaire. Les cumuls enregistrés sur l’année hydrologique* 2023-2024 sont donc systématiquement supérieurs aux normales. Seul le nord-est du territoire reste proche des normales saisonnières. Cette tendance est bénéfique sur l’état des nappes, à plus forte raison dans la perspective de mois plutôt humides, d’après les prévisions saisonnières à 3 mois de Météo-France.

Sur les cours d’eau, la conséquence logique de ces excédents durables est une situation partout plus humide que les normales de février, situation aux antipodes de celle observée il y a un an quand les débits étaient fin février 2023 très faibles pour une sortie d’hiver. Le mois de février a, comme les mois précédents, connu son lot de crues, plus ou moins marquées, sur la région. Plus que l’intensité des crues de cet hiver, qui auront été fortes sans être exceptionnelles, c’est la durée de l’hiver hydrologique 2023-2024 qui est remarquable, entamé par des crues des débuts novembre et qui se poursuit avec une (dernière?) série de crues fin février.

Mois Bulletin de situation hydrologique Carte de suivi des nappes
Février
Janvier

Partager la page

S'abonner

Sur le même sujet