Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Risques industriels et naturels

Reconversion d’une ancienne raffinerie près de Rouen

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 6 juin 2018
Cliquez sur l'image - Reconversion de l'ancienne raffinerie PETROPLUS près de Rouen en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image - Reconversion de l’ancienne raffinerie PETROPLUS près de Rouen

Fermée en avril 2013, la raffinerie PETROPLUS de Petit Couronne, aux portes de Rouen, a été rachetée conjointement par VALGO et BOLLORE.

BOLLORE, après d’importants travaux de modernisation et remise en état, a débuté l’exploitation du parc de stockage de l’ancienne raffinerie. Le choix des bacs et des produits stockés a été optimisé pour minimiser les zones de danger sur les zones environnantes, et réduire ainsi les contraintes du plan de prévention des risques technologiques (PPRT) de Petit Couronne, en cours de finalisation. Les canalisations de transport d’hydrocarbures nécessaires au dépôt ont été séparées du reste de la raffinerie, de manière à permettre la reconversion de celle-ci.

VALGO a repris la partie la plus ancienne du parc de stockage d’hydrocarbures, et les 60 hectares qui accueillaient précédemment les unités de raffinage.
A l’heure actuelle, 70 % environ des installations sont démantelées, 30 000 tonnes d’hydrocarbures, 53 000 tonnes de ferraille et 10 000 tonnes de béton ont été évacuées.
Les travaux de démantèlement se poursuivent, et les travaux de dépollution du sous-sol ont commencé, de manière à pouvoir accueillir de nouvelles activités sur le site.

Les premières parcelles reconverties ont été livrées et les premières entreprises se sont installées sur la « ZAC des Couronnes », qui devrait accueillir à court terme une centaine de salarié.e.s dans les structures suivantes  : centre de formation professionnelle, centre de contrôle technique poids lourds, entreprise de transport, de location de matériel industriel, village d’entreprises pour artisans et un restaurant d’entreprise est aussi prévu.

Le « Pôle d’Innovation des Couronnes » s’est, quant à lui, installé dans les locaux administratifs de l’ancienne raffinerie. VALGO y a son siège social, et au total 250 emplois sont prévus sur cette partie (3 laboratoires d’analyses, logistique, recherche et développement, « entreprises de transport, pôle « désamiantage »).
L’ensemble des parcelles de l’ancienne zone « raffinage » a fait l’objet de promesses de vente ou de lettres d’intention. Ces 50 hectares devraient accueillir principalement des entreprises de logistique, attirées par cette zone privilégiée en bord de Seine, desservie par le rail, la route et la voie d’eau, au cœur de l’agglomération rouennaise.

Sur l’ancien parc de stockage démantelé et dépollué, un biocentre de traitement de terres polluées sera installé. VALGO travaille avec la DREAL à la finalisation du dossier et au récolement de la dépollution.

Au global, plus de 400 emplois devraient être hébergés sur la zone, un nombre proche des 450 emplois que fournissait la raffinerie PETROPLUS.

Cette reconversion industrielle est l’opération de plus grande ampleur jamais réalisée en Normandie, VALGO consolide ainsi son savoir faire de démantèlement/dépollution acquis à Toulouse/AZF, et commence à l’exporter en Chine et en Amérique du Sud.

La préfète de Seine Maritime, Fabienne BUCCIO, s’est récemment rendue sur le site pour visualiser l’avancement des travaux. Elle a salué le travail de la société VALGO, et l’accompagnement actif de la DREAL pour cette reconversion industrielle. Un ingénieur de la DREAL est mobilisé quasiment à temps plein depuis un an, entre les visites d’inspection des activités de démantèlement de VALGO, l’établissement des arrêtés de servitudes, les visites de récolement des installations de BOLLORE pour valider la remise en état et la présence des mesures de maîtrise des risques avant remise en service, et l’instruction du dossier d’autorisation environnementale du biocentre de traitement des terres polluées.

L’État a participé à cette opération de reconversion majeure, en versant plus de 5 M€ d’aides financières pour la mise en sécurité (ADEME - Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et la reconversion du site (FNADT - Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire).