Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Climat, Air, Transition Énergétique

Projet de parc éolien en mer de Courseulles-sur-Mer

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 23 mars 2018
Cliquez sur l'image : Instance de concertation et de suivi du projet du 22 mars 2018 en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image : Instance de concertation et de suivi du projet du 22 mars 2018

 
Le jeudi 22 mars, la préfecture de Normandie et la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord ont organisé une instance de concertation et de suivi du projet de parc éolien en mer de Courseulles-sur-Mer à la mairie.

L’État a rappelé l’importance de ce projet pour répondre à l’objectif que s’est fixé la France que 32% de sa consommation énergétique soit issue des énergies renouvelables en 2030. Il se félicite de la bonne acceptation du projet de Courseulles-sur-Mer avec une implication forte des acteurs du territoire  : collectivités territoriales, acteurs de l’industrie, associations environnementales, professionnels de la pêche.

La société "Eoliennes offshore du Calvados" dont les actionnaires sont EDF, Enbridge et Wpd, a présenté l’état d’avancement de son projet. Les autorisations administratives ont été obtenues en 2016 et 2017. Le directeur du projet espère que les derniers recours seront rapidement levés afin de tenir l’objectif d’une mise en service du parc en 2021/2022. Les éoliennes seront produites en France avec des pales construites en Normandie dans l’usine LM Wind Power de Cherbourg. La base de maintenance, située dans le port de Caen-Ouistreham permettra la création d’une centaine d’emplois pendant toute la durée d’exploitation du parc.

Le projet de parc est situé au large des plages du Débarquement qui font l’objet d’une candidature pour l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. A la demande de l’État, le maître d’ouvrage a tenu compte de cette spécificité. Le futur parc sera utilisé comme point de repère visuel pour valoriser la mémoire maritime du Débarquement. Pour cela, la société "Eoliennes offshore du Calvados" a présenté ses engagements  :

  • baptiser chacune des 75 éoliennes du nom d’un bâtiment de guerre allié ayant participé au Débarquement ;
  • installer une exposition permanente dans la future maison du parc à Courseulles sur ces navires et leur histoire ;
  • soutenir le désensablement des vestiges du mur de l’Atlantique du Centre Juno Beach (déjà réalisé).

D’autre part, l’État et le maître d’ouvrage ont rendu compte de l’expérimentation de pêche à la coquille Saint-Jacques qui s’est tenue le 30 janvier dans la future zone d’implantation du parc avec 18 navires de pêche. Elle avait pour objectif de récolter des données en vue de proposer des règles de navigation et de pêche à la coquille Saint-Jacques à l’intérieur du futur parc. Afin que l’expérimentation soit la plus réaliste possible, la position GPS précise des éoliennes avaient été intégrées dans les ordinateurs de bord des navires. Les premiers retours d’expériences montrent qu’une bonne cohabitation entre pratiques de pêche et implantation des éoliennes est possible sur ce site.