Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Habitat, Aménagement, Construction, Paysages

Ouvrages d’arts : un pont entre les paysages

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 juin 2019
Cliquez sur l'image pour l'agrandir  en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Le pont de Tancarville. (Pont suspendu qui franchit la Seine entre Tancarville et Marais-Vernier en Seine-Maritime) (DREAL Normandie)
 
La DREAL de Normandie a organisé le 24 mai 2019 sa troisième édition des journées régionales du paysage à la CCI Seine Estuaire au Havre, consacrée cette année aux ouvrages d’art. Comment faire de l’ouvrage d’art un atout pour le paysage ? Tel était le fil rouge de cette journée, organisée autour de conférences le matin et d’une table ronde l’après midi.

Près de 80 participantes et participants ont pu assister aux exposés du matin donnés par de prestigieux architectes et ingénieurs parmi lesquels Michel VIRLOGEUX, Alain SPIELMANN, Thomas LAVIGNE, Dietmar FEICHTINGER, et par Jean-Pierre LHONNEUR, maire de Carentan et Mickaël MAGNIER ingénieur, qui exposèrent comment les paysages avaient été pris en compte dès le stade de la conception. Des ouvrages tels que le pont de Tancarville, le pont de Brotonne, le pont de Normandie, le pont-canal de Carentan (Manche) ou le pont-passerelle d’accès au Mont-Saint-Michel furent présentés et analysés.

La table ronde de l’après midi, consacrée aux influences paysagères des ouvrages d’art, a réuni Denis CAUMONT paysagiste concepteur et paysagiste conseil de l’État, Nadia AUBRY paysagiste au CEREMA, Aurélie LASNIER, chargée de mission paysage du Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande et Jessy OUKOLOFF directeur des études à l’agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’Estuaire de la Seine.

Les ouvrages d’art possèdent, en matière paysagère une triple dimension. Avec le temps, ils deviennent des éléments caractéristiques et patrimoniaux des paysages avec l’exemple du Pont du Gard et de tous les ouvrages classés. Ils ouvrent également de nouveaux points de vue perceptifs sur les paysages qu’ils aident à découvrir ou redécouvrir comme la baie de Seine et la baie du Mont-Saint-Michel. Enfin, ils relient souvent des territoires différents et servent de "ponts entre les paysages" et ménagent une transition parfois audacieuse, parfois discrète. Ces trois dimensions, les
concepteurs présents ont démontré comment ils les intégraient, de la conception à l’exploitation des ouvrages neufs et parfois à la réhabilitation d’ouvrages anciens.

Cette journée a connu un franc succès. Elle a été animée par Sylvie LE CALVEZ journaliste au magazine « village » et a été organisée conjointement au sein de la DREAL par le bureau des sites et paysages du SECLAD et la division de maîtrise d’ouvrage des projets routiers du SMI.
Cette journée, ouverte par Patrick BERG, directeur, a été clôturée par Bernard MEYZIE, directeur adjoint, qui a proposé le thème de la journée 2020  : paysages de Normandie et changement climatique  !