Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Risques industriels et naturels

Contenu

Qu’est-ce qu’un mouvement de terrain ?

partager sur facebook partager sur twitter
1er septembre 2016

Le terme « mouvement de terrain » regroupe plusieurs types de phénomènes bien différents  :

  • les affaissements et les effondrements liés aux cavités souterraines
  • les éboulements et les chutes de pierres et de blocs
  • les glissements de terrain
  • le retrait-gonflement des sols argileux
jpg - 1 Mo
Glissement de terrain à Bellou-sur-Huisne (2012)
jpg - 1.5 Mo
Effondrement d’une cavité souterraine dans l’Orne (2013)



Cliquez sur les images pour les agrandir - (source DREAL Normandie)






Un mouvement de terrain est un déplacement, plus ou moins brutal, du sol ou du sous-sol sous l’effet d’influences naturelles (fortes précipitations, alternance gel et dégel, érosion, etc.) ou anthropiques (exploitation de matériaux, déboisement, terrassement, etc.). Les volumes en jeux sont compris entre quelques mètres cubes et quelques millions de mètres cubes. Les déplacements peuvent être lents ou très rapides.

Les mouvements de terrain, qu’ils soient lents ou rapides, peuvent entraîner un remodelage des paysages. Celui-ci peut se traduire par la destruction de zones boisées, la déstabilisation de versants ou la réorganisation de cours d’eau.

Les conséquences économiques des dégâts engendrés par les mouvements de terrain peuvent être directes (réparation des biens endommagés) et indirectes, par exemple la coupure d’une route fréquentée pendant plusieurs jours. Il n’est pas toujours possible techniquement ou financièrement de protéger les biens existants contre les effets des mouvements de terrain. Il faut alors envisager une délocalisation des biens menacés.


Les mouvements de terrain lents et continus

Les mouvements de terrain lents entraînent une déformation progressive des terrains qui n’est pas toujours perceptible par l’homme. Il s’agit  :
  • des tassements et des affaissements : certains sols compressibles peuvent se tasser sous l’effet de surcharge (constructions, remblais) ou en cas d’assèchement (drainage, pompage) ;
  • du retrait-gonflement des argiles  : les variations de la quantité d’eau dans certains terrains argileux produisent des gonflements (période humide) et des tassements (période sèche) ;
  • des glissements de terrain  : ils se produisent généralement en situation de forte saturation des sols en eau. Ils trouvent leur origine dans des phénomènes naturels comme la géologie, la pente de terrain, la végétation, les séismes, etc. mais peuvent aussi être favorisés par l’activité humaine (modification des apports en eau, modification des pentes, terrassements, remblaiements, etc.) Ils peuvent mobiliser des volumes considérables de terrain, qui se déplacent le long d’une surface de rupture.


Les mouvements de terrain rapides et discontinus dont l’effondrement de cavités souterraines

Les mouvements de terrain rapides se propagent de manière brutale et soudaine augmentant ainsi la vulnérabilité des personnes. Il s’agit  :
  • des effondrements de cavités souterraines  : l’évolution des cavités souterraines naturelles (dissolution de calcaire ou de gypse) ou artificielles (carrières et ouvrages souterrains) peut entraîner l’effondrement des appuis ou de la partie supérieure d’une cavité souterraine. Cette rupture se propage jusqu’en surface de manière plus ou moins brutale créant un fontis, excavation grossièrement cylindrique. Les dimensions de cette excavation dépendent des conditions géologiques, de la taille et de la profondeur de la cavité et du mode de rupture.
  • des éboulements et chutes de blocs : l’évolution des falaises et des versants rocheux engendre des chutes de pierres ou de blocs ou des éboulements en masse. Les blocs isolés rebondissent ou roulent sur le versant, tandis que dans le cas des éboulements en masse, les matériaux « s’écoulent » à grande vitesse sur une très grande distance. Ces phénomènes trouvent leur origine dans des phénomènes naturels comme la géologie, l’hydrogéologie ou les séismes, mais ils peuvent aussi être favorisés par l’activité de l’homme (modification de l’hydrologie, raidissement d’une pente suite à des travaux d’aménagement, utilisation d’explosifs, etc.)
  • des coulées boueuses et torrentielles : elles sont caractérisées par un transport de matériaux sous forme plus ou moins fluide. Les coulées boueuses se produisent sur des pentes, par dégénérescence de certains glissements avec afflux d’eau. Les coulées torrentielles se produisent dans le lit majeur de torrents au moment de crues.

Pied de page

Site mis à jour le 23 septembre
Plan du siteMentions légalesSaisir les services de l’ÉtatLien erroné  | Flux RSS