Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, Nature, Mer et Littoral

Le sonneur à ventre jaune, histoire d’un sauvetage !

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 septembre 2016 (modifié le 25 février 2019)
Le sonneur à ventre jaune (Bombina variegata), petit crapaud que l’on croyait disparu de Normandie depuis quelques décennies, a été redécouvert en 2001 dans la commune de la Vacherie en Vallée de l’Iton.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Depuis, l’espèce y est observée chaque année. Autrefois présente dans toute la Normandie, notamment en Vallée de l’Eure et de la Seine, cette population est la seule actuellement connue dans la région.

 
Suite à cette découverte, le site de reproduction a fait l’objet d’une désignation en Natura 2000.

La Communauté d’agglomération Seine-Eure est animateur du document d’objectifs du site Natura 2000 « La vallée de l’Iton au lieu-dit Le Hom ». Celui-ci définit les mesures de gestion pour le maintien de l’espèce et ce en partenariat avec la DDTM, la DREAL et de multiple acteurs.

Le sonneur à ventre jaune est une espèce dont l’aire de répartition s’étend de la France à la Grèce et de l’Allemagne à la Roumanie. Le bassin versant de la Vallée de la Seine semble constituer sa limite Nord-Ouest de répartition. Le sonneur est protégé au niveau national et européen et classé « vulnérable » en France. Formant une unique population, l’espèce est fragile et ainsi gravement menacée d’extinction en Normandie.

Il s’agit d’une espèce affectionnant les milieux pionniers, temporaires, voire perturbés. En Normandie, le sonneur à ventre jaune fréquente pour sa reproduction des mares abreuvoir de prairies, des fossés nouvellement créés ou encore les ornières en milieu forestier.

Ce crapaud de petit taille ( 4-5 cm) a été nommé en référence à son chant bourdonnant et à sa face ventrale tachetée d’un jaune flamboyant.
La disposition des tâches noires sur fond jaune, immuable au cours de la vie du sonneur, est particulière à chaque individu.
L’examen de ce caractère a permis d’établir que certains crapauds pouvaient dépasser l’âge de 15 ans  !

Depuis la mise en œuvre du Document d’objectif en 2000, le site a fait l’objet d’une gestion exemplaire.
Des mesures agro-environnementales et climatiques et des conventions de gestion ont été mises en place avec les éleveurs et certains propriétaires de chevaux, afin de pérenniser une conduite extensive des prairies et d’entretenir les mares abreuvoir.
L’Agglo Seine-Eure et le Syndicat Aval de la Vallée de l’Iton (Saviton) ont également fait l’acquisition de plusieurs parcelles afin d’y maîtriser les modes de gestion et d’y réaliser des aménagements favorables au sonneur  : creusement et rajeunissement de mares et fossés, restauration de prairies, pâturage Ces travaux, réalisés en régie par le Saviton et l’Agglo Seine-Eure sont aussi l’occasion d’associer les futurs professionnels de la biodiversité en organisant des chantiers et des stages avec les lycées horticoles, agricoles et les universités.
Réalisée en concertation avec les habitants et les acteurs du site, la conservation semble aujourd’hui assurée.

La densification du réseau de mares et le maintien d’un milieu favorable ont permis à l’espèce de se maintenir. En effet, dès l’été suivant la création d’un point d’eau, l’espèce est capable de s’y reproduire. D’une population d’une dizaine d’individus adultes en 2010, celle-ci est aujourd’hui estimée à une soixantaine d’individus  ! On peut donc estimer que la population, bien que réduite, est viable.

L’important travail de suivi de l’espèce au sein et en dehors du site du Hom a permis de détecter quelques individus en dehors du site Natura 2000, confirmant la capacité de dispersion de l’espèce lorsque le contexte lui est favorable. Il est donc probable que le sonneur soit présent en d’autres localités de la vallée de l’Iton. Pour cela, des analyses d’ADN environnemental sont en cours de réalisation en aval et en amont du site Natura 2000.

Malgré sa dynamique, la population de sonneur à ventre jaune du Hom reste isolée et pour le moment fragile, notamment vis-à-vis du risque de maladies infectieuses telles que la Chytridiomycose et de la concurrence avec la grenouille rieuse. Un programme de réintroduction est à l’étude sur d’autres secteurs de la vallée afin que le sonneur à ventre jaune ne s’ajoute pas à la liste des espèces disparues de Normandie.

Toute personne possédant des données anciennes ou ayant observé récemment des sonneurs est invitée à contacter la chargée de mission Natura 2000 de façon à la prévenir de cette découverte au 02.32.50.89.52.