Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Risques industriels et naturels

Le canal à houle va faire des remous !

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 juillet 2018
Cliquez sur l'image - « Inauguration du Canal à Houle, un dispositif unique en France, en présence (de gauche à droite) de Bernard Meyzie, Directeur Adjoint DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement), Philippe Gruat, Président de l'@ESITC Caen, Françoise Guégot, Vice-présidente de la Région Normandie, PHILIPPE JOSCHT, Directeur Eau Mer et Fleuves au Cerema et Loïc MILLOIS, Adjoint à la Cheffe du bureau de la stratégie et du développement portuaires » en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image - « Inauguration du Canal à Houle, un dispositif unique en France, en présence (de gauche à droite) de Bernard Meyzie, Directeur Adjoint DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), Philippe Gruat, Président de l’@ESITC Caen, Françoise Guégot, Vice-présidente de la Région Normandie, PHILIPPE JOSCHT, Directeur Eau Mer et Fleuves au Cerema et Loïc MILLOIS, Adjoint à la Cheffe du bureau de la stratégie et du développement portuaires »


Le mardi 5 juin a été inauguré le canal à Houle de l’École Supérieure d’Ingénieurs des Travaux de la Construction (ESITC) à Caen, en présence de Philippe GRUAT, président de l’ESITC, de Philippe JOSCHT, directeur de la Direction technique « Eau, mer et fleuves » du Cerema et de Bernard MEYZIE, directeur adjoint de la DREAL Normandie, représentant le DGITM et le DGPR

.
La DGITM et la DGPR ont investi, aux côtés de l’école, à hauteur de 30 000€ pour chacune des deux directions, et le Cerema pourra disposer d’une période cumulée de trois mois annuels pour des études et recherches qui seront réalisées avec les étudiant.e.s de l’école pour le compte de la DGPR et de la DGITM.

Une visite commentée a permis de présenter les caractéristiques et le potentiel de ce canal, outil de base en ingénierie maritime en termes de modélisation physique. Ouvrage vitré, il mesure 40 m de long pour 1 m de large et 1,5 m de profondeur, dimensions très rares en France pour un tel équipement.

Le canal permettra de reconstituer des conditions climatiques extrêmes afin de mieux anticiper et prévenir les impacts sur les différents ouvrages maritimes, ainsi que les infrastructures côtières et portuaires. Il permettra de réaliser des avancées scientifiques et techniques dans le domaine des structures côtières et de leur adaptation au changement climatique, dans celui des énergies marines renouvelables et également celui de la gestion du trait de côte.

L’ESITC Caen entretient des relations étroites avec les plus grands laboratoires européens ou universités prestigieuses, et avec de nombreuses entreprises, fleurons des travaux maritimes français qui lui font confiance.

L’installation d’un tel canal en Normandie est particulièrement pertinente. Avec plus de 600 km de côtes, ses deux grands ports maritimes, ses universités et écoles d’ingénieurs, son centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage en mer, la Normandie affirme une vocation maritime et portuaire forte, confortée par ses projets d’énergie marine renouvelable ; elle est de surcroît particulièrement concernée par la gestion du trait de côte et le changement climatique avec la présence de plusieurs zones basses et avec la plus forte densité d’ouvrages côtiers d’un département français dans le Calvados.

La DREAL et les services de l’État attendent également des retours des études du Cerema pour les intégrer dans leurs conseils pour accompagner, auprès des préfets et des préfètes, les collectivités locales, en particulier les collectivités ayant la compétence GEMAPI (gestion des eaux, des milieux aquatiques et prévention des inondations) quand celles-ci le demandent.