Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Grands dossiers

La renaturation de la vallée de la Sélune sur la bonne voie

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 novembre 2018 (modifié le 22 novembre 2018)
Cliquez sur l'image : La vallée de la Sélune (crédit photo : DREAL Normandie) en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image : La vallée de la Sélune (crédit photo : DREAL Normandie)

 
Décidé par le ministre de la transition écologique et solidaire le 14 novembre 2017, le projet de renaturation et de restauration de la biodiversité de la vallée de la Sélune vient de connaître une nouvelle étape importante avec l’approbation en CODERST de la Manche du 25 octobre 2018 des projets d’arrêtés concernant l’arasement des barrages sur la Sélune. Le projet a été approuvé par 17 voix pour, 3 contre et une abstention et les arrêtés ont été signés le 29 octobre 2018.

Ce résultat est le fruit d’une large collaboration entre les services de la préfecture de la Manche, la DDTM de la Manche, la DREAL Normandie et les services centraux et opérateurs du ministère (DGEC, DGPR, DGALN et Agence de l’Eau Seine Normandie)

La Sélune est un fleuve côtier qui se jette dans la baie du Mont Saint-Michel, dans le département de la Manche. Deux barrages hydroélectriques de 35 et 15 mètres ont été construits dans la première moitié du 20e siècle  : le barrage de Vezins et celui de La Roche-Qui-Boit, modifiant profondément le cours d’eau, les paysages, la faune et la flore. La remise en état écologique du cours d’eau est la solution qui ouvre le plus de possibilités pour l’avenir de la vallée, d’autant que les ouvrages ne présentent pas de perspective sérieuse de reprise d’activité de production d’électricité dans des conditions économiquement rentables.

Cette opération de restauration complète du fleuve côtier sera exceptionnelle et unique en Europe. Ainsi 90 km de cours d’eau seront entièrement ouverts à la reconquête de la biodiversité, avec le retour naturel d’espèces aquatiques emblématiques comme le saumon de l’Atlantique et l’anguille européenne. Un suivi scientifique des effets écologiques de la renaturation sera assuré. Cette renaturation offre également aux élus locaux l’opportunité de conduire un projet de territoire ambitieux et fédérateur.

Les travaux sur le barrage de Vezins, réalisés sous la maîtrise d’ouvrage de l’État, ont démarré en mars 2017 par les opérations de vidange et de gestion sédimentaire qui ont été menées à bien jusqu’en septembre 2018.
La prochaine étape sera le démarrage des travaux de démantèlement du barrage de Vezins programmés au printemps 2019.