Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Climat, Air, Transition Énergétique

Emmanuelle Wargon en visite à Malaunay et Rouen

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 17 décembre 2018
Cliquez sur l'image : Emmanuelle Wargon en visite à Malaunay et Rouen en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image : Emmanuelle Wargon en visite à Malaunay et Rouen

 
Emmanuelle WARGON, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, s’est rendue jeudi 29 novembre 2018 à Malaunay, commune de la Métropole Rouen Normandie qui a investi massivement dans les énergies renouvelables.

Sous l’autorité de la préfète, la DREAL et la DDTM de Seine-Maritime ont accompagné de concert cette petite commune dans sa démarche de transition énergétique à travers les conventions pour des territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV).

La commune de Malaunay est entrée dans une démarche de stratégie énergétique depuis une dizaine d’année. Elle a su mettre en place une stratégie interne, dans ses services et externe, envers les habitant.e.s lui permettant de présenter d’un vaste programme d’actions. Entrée en 2010 dans l’opération Cit’ergie de l’ADEME, elle a mis en place 176 actions sur 4 ans et a obtenu le label en novembre 2015.

Pour amplifier son programme d’actions, elle a pu conventionner avec l’État dans le cadre de l’appel à projet TEPCV en juin 2015. En 2016, la commune a travaillé avec les services de l’État (DDTM, DREAL, ADEME) à la préparation d’un avenant à la première convention pour aller plus loin sur plusieurs actions bâtiments (piscine, école), énergie renouvelable (solaires), éclairages et biodiversité.
La commune a pu, également, bénéficier de la bonification du fonds chaleur pour la réalisation de la chaudière biomasse alimentant les équipements publics.

Aujourd’hui, la commune lance une opération collective auprès de ses habitants « la transition prend ses quartiers ». Cette opération incite les familles et les associations de la commune à entrer dans e nouveaux défis de la transition  : alimentation, déchets, mobilité.

Enfin, la commune de Malaunay est un acteur important dans la COP 21 locale initiée par la Métropole Rouen Normandie dans le cadre du plan climat air énergie territorial (PCAET), et pilote le club des communes pour la COP 21.

La COP2 1 locale a eu son point d’orgue le 29 novembre 2018 lors des Accords de Rouen. La secrétaire d’État, Emmanuelle WARGON était présente au Forum de l’accord de Rouen en faveur du climat, où elle a participé à la clôture des tables-rondes en présence de Frédéric SANCHEZ, président de la Métropole Rouen Normandie, de Manuel PULGAR-VIDAL, directeur de la Practice et énergie WWF International et Laurent FABIUS (président de la COP20), Président du Conseil constitutionnel et ancien Président de la Conférence de Paris sur le climat (COP21).

La COP21 de la Métropole Rouen Normandie est conçue pour permettre à tous les partenaires du territoire d’apporter leur contribution à l’objectif commun de contenir le réchauffement climatique en opérant une transition écologique bénéfique pour toutes et tous. La DDTM et la DREAL ont participé à divers ateliers sur leurs compétences  : bâtiments, mobilité, agriculture.

L’exemplarité des services de l’État concourt à la transition énergétique et écologique du territoire, en cohérences avec les politiques publiques nationales déclinées localement.
L’État se veut ainsi exemplaire dans le fonctionnement interne de ses services  : réduction des rejets de CO2, bilan des consommations énergétiques, économie de papier, solutions d’impression, gestion des déchets, pool de véhicules, mobilité durable, sensibilisation et formation du personnel sont autant de dispositifs afin de s’inscrire dans un processus d’amélioration continue des performances des services et de diminuer leur empreinte écologique.

Fabienne BUCCIO, préfète de la région Normandie, Préfète de la Seine-Maritime a signé un engagement de l’État dans « l’Accord de Rouen pour le climat » sur trois thématiques  :

  • la rénovation de la cité administrative Saint-Sever de Rouen à hauteur de 100 millions d’€ ;
  • le plan administration exemplaire qui concerne 2000 agentes et agents ;
  • un meilleur partage modal du réseau routier national notamment sur les radiales donnant accès à l’agglomération, et une perspective de baisse des vitesses maximales autorisées sur certaines sections le justifiant.