Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Habitat, Aménagement, Construction, Paysages

Diagnostic sur le logement étudiant en Région Normandie

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 septembre 2020
Accueil cité C1 CROUS Caen en grand format (nouvelle fenêtre)
Accueil cité C1 CROUS Caen
Dans le cadre du plan national 60 000 logements étudiants, la DREAL a proposé d’appuyer le SGAR et le Rectorat pour engager une étude visant à analyser l’adéquation entre l’offre de logement existante et les besoins des étudiants en Normandie.

Afin d’améliorer les conditions de vie et de logement des étudiants, le Gouvernement a annoncé la création de 60 000 logements étudiants d’ici 2022.

Pour cibler au mieux les besoins en logements des étudiants sur le territoire normand, la DREAL Normandie a proposé d’appuyer le SGAR, le Rectorat et le Crous pour engager une étude sur ce sujet.
Réalisée par les bureaux d’étude ID Territoires et Cabinet Latitude, elle a été menée en partenariat avec les acteurs locaux (universités, Caf, bailleurs sociaux, collectivités, associations).

L’étude détaille dans une première partie les divers profils d’étudiants générant différents besoins. Elle dresse en parallèle un état des lieux de l’offre de logements proposés à ce type de public en Normandie.
Elle s’est focalisée sur 7 agglomérations normandes représentatives de l’offre majeure d’enseignement supérieur dispensée  : Alençon, Caen, Cherbourg, Évreux, Le Havre, Rouen, Saint-Lô.

Dans une seconde partie, à partir d’hypothèses d’évolution des effectifs étudiants à l’horizon 2027, l’étude dresse une vision prospective de l’offre de logements dédiés et émet des préconisations d’adéquation aux besoins futurs. Cette offre s’avère adaptée mais inégalement répartie sur le territoire normand.

Sur le plan quantitatif, la production de logements dédiés est suffisante. Toutefois, selon la croissance ou la relocalisation de formations et d’établissements d’enseignement supérieur, des recommandations ont été émises pour adapter ponctuellement le nombre de résidences universitaires et de foyers jeunes travailleurs.
Concernant les besoins spécifiques, les préconisations ont porté sur la consolidation de l’offre sociale ainsi que la mobilisation du parc diffus.

Ce diagnostic a permis de définir et de développer une stratégie régionale partagée du logement locatif social en faveur des étudiants.
L’étude a été présentée en visioconférence en comité de pilotage élargi présidé par le SGAR. L’ensemble des participants a salué le travail d’analyse mené.