Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Mobilités et Infrastructures

Amélioration de l’accès fluvial à Port 2000

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 avril 2020

Du fait de sa opposition géographique, le développement du transport fluvial est essentiel pour porter la croissance du trafic conteneur du port du Havre. Si ce dernier constat est unanimement partagé, la pertinence et la forme d’un accès fluvial direct à Port 2000 ont fait l’objet de multiples débats depuis la conception de Port 2000.

Ces terminaux, construits pour faciliter l’accès direct des plus grands porte-conteneurs depuis la mer, sont par nature très peu accessibles par les convois fluviaux, qui ne sont généralement pas conçus pour naviguer dans un contexte maritime, où la houle est importante. Cela induit donc la nécessité d’un acheminement terrestre des conteneurs entre le terminal maritime et un autre terminal fluvial intérieur au port, ce qui est généralement vu comme une source de coûts et de difficultés logistiques par les acteurs du transport fluvial.

Différentes solutions ont été étudiées depuis le Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire (CIADT) du 18/03/2003, qui a acté le principe d’un accès direct. Dans un premier temps, une écluse fluviale a été envisagée pour raccorder le fond de la darse de Port 2000 à celle de l’Océan. Puis au début des années 2010, une autre solution a été retenue. Elle consiste à relier l’entrée de Port 2000 à celle du port historique via une brèche dans la digue sud de ce dernier et une autre au tenon nord de l’entrée de Port 2000, et à protéger le passage des bateaux fluviaux par une nouvelle digue parallèle à celle existante.

Une concertation sur l’amélioration de la desserte fluviale de Port 2000 a été menée par le GPMH entre mai 2017 et janvier 2018, avec les acteurs socio-professionnels, tout d’abord, avec le public ensuite : cinq réunions publiques se sont tenues sous l’égide de la CNDP.

Suite à cette période de concertation, le GPMR a inscrit la chatière dans le programme d’investissements du port et poursuit les études préparatoires au dossier de demande d’autorisation environnementale. A la suite de l’achèvement des études techniques, le coût du projet est estimé à 125 M€ dont une partie est financée au titre du CPIER 2015-2020. L’Europe finance le projet à hauteur de 25 M€. La Région Normandie apporte un soutien essentiel avec une enveloppe de près de 83 M€.

La mise en service est attendue fin 2023, après deux ans de travaux.

Plus d’informations sur le site du port du Havre  : http://www.haropaports.com/fr/lehavre et de la Commission nationale du débat public (CNDP) https://www.debatpublic.fr/amelioration-desserte-fluviale-port-2000